Transfer of Prisoners Act

Transfer of Prisoners (Commonwealth Countries) Regulations 2002

[GN 30 of 2002 – 9 March 2002] [Sections 3 and 15]

1. These regulations may be cited as the Transfer of Prisoners (Commonwealth Countries) Regulations 2002.

2. In these regulations –

"Act" means the Transfer of Prisoners Act.

3. For the purpose of section 3 of the Act, every Commonwealth country specified in the First Schedule shall be –

(a) a country with which Mauritius is deemed to have entered into an agreement for the transfer of prisoners or the enforcement of sentences; and

(b) a country to which the Act applies.

4. For the purposes of –

(a) section 4(c)(ii) of the Act and these regulations, a warrant for the transfer of a prisoner to Mauritius shall be in the form or substantially in the form specified in the Second Schedule;

(b) section 10(3) of the Act and these regulations, a warrant for the transfer of a prisoner from Mauritius shall be in the form or substantially in the form specified in the Third Schedule.

_______________

FIRST SCHEDULE

[Regulation 3]

COMMONWEALTH COUNTRIES

Anguilla

Australia

Bahamas

British Virgin Islands

Canada

Cayman Islands

Cook Islands

Cyprus

Cyprus – Sovereign Base Areas of Akrotiri and Dhekelia

Falkland Islands

Gibraltar

Guernsey

Isle of Man

Kingdom of Tonga

Malawi

Malta

Monserrat

Samoa

St. Helena and Dependencies

Sri Lanka

Trinidad and Tobago

Uganda

United Kingdom

Zambia

[First Sch. amended by reg. 3 of GN 94 of 2004 w.e.f. 17 July 2004.]

_______________

SECOND SCHEDULE

[Regulation 4(a)]

WARRANT OF TRANSFER OF PRISONER TO MAURITIUS

To – The Commissioner of Police and the Commissioner of Prisons

Whereas .............................. was on .............................. sentenced by .................... to undergo ..............................

Whereas the said .............................. has applied for transfer to Mauritius and I am satisfied that all the conditions and formalities for his transfer have been fulfilled.

Whereas I have agreed to the transfer of the said .............................. to Mauritius.

These are therefore in the State's name to command you to bring the said .............................. from .................................................... to Mauritius and take him to his place of detention, that is ..............................

             ....................................................

              Senior Chief Executive,

              Prime Minister's office

              (Home Affairs Division)

............................

 Date

_______________

THIRD SCHEDULE

[Regulation 4(b)]

WARRANT OF TRANSFER OF PRISONER FROM MAURITIUS

To – The Commissioner of Police and the Commissioner of Prisons

Whereas .................... was sentenced on .................... by the .................... Court of Mauritius to undergo ....................

Whereas the said .................... has applied to the Commissioner of Prisons to be transferred to .................... a country with which Mauritius is deemed to have entered into an agreement for the transfer of prisoners or the enforcement of sentences.

Whereas the country specified in the preceding paragraph has agreed to the transfer.

These are therefore in the State's name to command you to take
the said ......................... from his place of detention at .................... in Mauritius to his place of departure from Mauritius at ................................... and deliver him at that place to ...................., the lawful delegated representative of the responsible authority of .................... to which the said .................... is to be transferred

             ....................................................

              Senior Chief Executive,

              Prime Minister's office

              (Home Affairs Division)

..........................

 Date

_______________

Transfer of Prisoners (Convention) Regulations 2005

[GN 40 of 2005 – 19 March 2005] [Sections 3 and 15]

1. These regulations may be cited as the Transfer of Prisoners (Convention) Regulations 2005.

[Reg. 1 amended by reg. 3 of GN 175 of 2008 w.e.f. 30 August 2008.]

2. In these regulations –

"Act" means the Transfer of Prisoners Act.

3. For the purpose of section 3 of the Act, every country specified in the First Schedule shall be –

(a) a country with which Mauritius is deemed to have entered into an agreement for the transfer of prisoners and the enforcement of sentences; and

(b) a country to which the Act applies.

4. For the purposes of –

(a) section 4(1)(c)(ii) and (2A)(c) of the Act and these regulations, a warrant for the transfer of a prisoner to Mauritius shall be in the form or substantially in the form set out in the Second Schedule;

(b) section 10(3) and (3A)(c) of the Act and these regulations, a warrant for the transfer of a prisoner from Mauritius shall be in the form or substantially in the form set out in the Third Schedule.

_______________

FIRST SCHEDULE

[Regulation 3]

PARTIES TO THE CONVENTION

Member States of Council of Europe

Albania

Andorra

Armenia

Austria

Azerbaijan

Belgium

Bosnia and Herzegovina

Bulgaria

Croatia

Czech Republic

Denmark

Estonia

Finland

France

Georgia

Germany

Greece

Hungary

Iceland

Ireland

Italy

Latvia

Liechtenstein

Lithuania

Luxembourg

Moldova

Montenegro

Netherlands

Norway

Poland

Portugal

Romania

Russia

San Marino

Serbia

Slovakia

Slovenia

Spain

Sweden

Switzerland

The former Yugoslav Republic of Macedonia

Turkey

Ukraine

Non-member States of Council of Europe

Bolivia

Chile

Costa Rica

Ecuador

Israel

Japan

Korea

Mexico

Panama

Tonga

United States

Venezuela

[First sch. amended by reg. 4 of GN 175 of 2008 w.e.f. 30 August 2008.]

_______________

SECOND SCHEDULE

[Regulation 4(a)]

WARRANT OF TRANSFER OF PRISONER TO MAURITIUS

(Transfer of Prisoners (Convention) Regulations 2005)

To – The Commissioner of Police and the Commissioner of Prisons

Whereas ............................. ("the prisoner") was on ............................ sentenced by ......................... to undergo .........................

Whereas the prisoner has applied for transfer to Mauritius.

A. Whereas I am satisfied that all the conditions and formalities for his transfer have been fulfilled and I have agreed to the transfer of the prisoner to Mauritius.

OR

B. Whereas I have made a request to ......................... for the transfer of the prisoner and that country has agreed to his/her transfer to Mauritius.

These are therefore in the State's name to command you to bring the said ......................... from ......................... to Mauritius and take him to his place of detention, that is .........................

...........................        .........................................

 Date              Prime Minister

_______________

THIRD SCHEDULE

[Regulation 4(b)]

WARRANT OF TRANSFER OF PRISONER FROM MAURITIUS

(Transfer of Prisoners (Convention) Regulations 2005)

To – The Commissioner of Police and the Commissioner of Prisons

Whereas ......................... ("the prisoner") was sentenced on ......................... by the ......................... Court of Mauritius to undergo .........................

A. Whereas the prisoner has applied to the Commissioner of Prisons to be transferred to ......................... (a party to the Strasbourg Convention on the Transfer of Sentenced Persons) and the said country has agreed to the transfer.

 OR

B. Whereas the responsible authority of ......................... (a party to the Strasbourg Convention on the Transfer of Sentenced Persons) has requested the transfer of the prisoner to that country and the prisoner has consented to the transfer.

These are therefore in the State's name to command you to take the said ......................... from his place of detention at ..................................... in Mauritius to his place of departure from Mauritius at .................................... and deliver him at that place to ...................................., the lawful delegated representative of the responsible authority of .................................... to which the prisoner is to be transferred.

.....................      .........................................

 Date       Prime Minister

_______________

Transfer of Prisoners (Republic of Guinea) Regulations 2008

[GN 46 of 2008 – 23 June 2003] [Sections 3, 4, 10 and 15]

1. These regulations may be cited as the Transfer of Prisoners (Republic of Guinea) Regulations 2008.

2. In these regulations –

"Act" means the Transfer of Prisoners Act;

"Agreement" means the agreement entered by the Government of Mauritius with the Governement of the Republic of Guinea in pursuance of section 3 of the Act and set out in the First Schedule.

3. The Act shall apply in relation to the Republic of Guinea, subject to such modifications as are specified in the Agreement.

4. For the purposes of section 4 of the Act and these regulations, a warrant for the transfer of a prisoner from the Republic of Guinea to the Republic of Mauritius shall be in the form or substantially in the form set out in the Second Schedule.

5. For the purposes of section 10(3) and (3A) of the Act and these regulations, a warrant for the transfer of a prisoner from the Republic of Mauritius to the Republic of Guinea shall be in the form or substantially set out in the Third Schedule.

6. - 7. 

_______________

FIRST SCHEDULE

[Regulation 2]

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RéPUBLIQUE DE L'ILE MAURICE & LE
GOUVERNEMENT DE LA RéPUBLIQUE DU GUINéE SUR LE TRANSFÉREMENT DES
PERSONNES CONDAMNéES

LA REPUBLIQUE DE GUINÉE ET LA REPUBLIQUE DE L'ILE MAURICE

Désireuses de développer davantage leur coopération en matiére pénale;

Considérant que cette coopération doit servir les intérêts d'une bonne administration de la justice et favoriser la réinsertion sociale des personnes condamnées;

Considérant que ces objectifs exigent que les étrangers qui sont privés de leur liberté à la suite d'une infraction pénale aient la possibilité de subir leur condamnation dans leur milieu social d'origine;

Considérant que le meilleur moyen d'y parvenir est de les transférer vers leur propre pays;

Sont convenues de ce qui suit –

ARTICLE 1 – DéFINITIONS

Aux fins du présent Accord, l'expression –

(a) "Condamnation" désigne tout peine ou mesure privative de liberté prononcée par un juge pour une durée limitée ou indéterminée en raison d'une infraction pénale;

(b) "Jugement" désigne une décision de justice prononçant une condamnation;

(c) "Etat de Condamnation" désigne l'Etat où a été condamné la personne qui peut être transférée ou l'a déjà été;

(d) "Etat d'Exécution" désigne l'Etat vers lequel le condamné peut être transféré ou l'a déjà été, afin d'y subir sa condamnation.

ARTICLE 2 – PRINCIPLES GéNéRAUX

1.Les Parties s'engagent à s'accorder mutuellement dans les conditions prévues par le présent Accord, la coopération la plus large possible en matiére de transférement des personnes condamnées.

2. Une personne condamnée sur le territoire d'une Partie peut, conformément aux dispositions du présent Accord, être transférée vers le territoire de l'autre Partie pour y subir la condamnation qui lui a été infligée. A cette fin, elle peut exprimer, auprés de l'Etat de Condamnation son souhait d'être transférée en vertu du présent Accord.

ARTICLE 3 – CONDITIONS DU TRANSFÉREMENT

1. Un transférement ne peut avoir lieu aux termes du présent Accord qu'aux conditions suivantes –

(a) Le condamné doit être ressortissant de l'Etat d'exécution, doit être domicilié dans l'Etat d'Exécution ou doit avoir des liens étroits avec l'Etat d'Exécution;

(b) Le jugement doit être définitif;

(c) La durée de la condamnation que le condamné a encore à subir doit être au moins de 6 mois à la date de réception de la demande de transférement, ou indéterminée;

(d) Le condamné ou lorsque le jeune age ou l'état physique ou mental du condamné l'éxigent, son représentant, doit consentir au transférement;

(e) Les actes ou omissions qui ont donné lieu à la condamnation doivent constituer une infraction pénale au regard du droit de l'Etat d'exécution ou devraient en constituer une s'ils survenaient sur son territoire; et

(f) L'Etat de condamnation et l'Etat d'exécution doivent s'être mis d'accord sur ce transférement.

2.Dans des cas exceptionnels, les parties peuvent convenir d'un transférement même si la durée de la condamnation que le condamné a encore a subir est inférieure à celle prévue au paragraphe 1(c).

ARTICLE 4 – OBLIGATION DE FOURNIR DES INFORMATIONS

1.Tout condamné auquel la présente Convention peut s'appliquer doit être informé par l'Etat de Condamnation de la teneur de la présente Convention.

2.Si le condamné a exprimé auprés de l'Etat de Condamnation le souhait d'être transféré en vertu de la présente Convention, cet Etat doit en informer l'Etat d'Exécution le plus tôt possible aprés que le jugement soit devenu définitif.

3.L'Etat de Condamnation doit faire parvenir à l'Etat d'Exécution –

(a) Le nom, la date et le lieu de naissance du condamné;

(b) Le cas échéant, son adresse dans l'Etat d'Exécution;

(c) Un exposé des fait ayant entraîné la condamnation;

(d) La nature, la durée et la date du début de la condamnation;

(e) Une copie certifiée conforme du jugement et des dispositions légales appliquées;

(f) L'indication de la durée de la condamnation déjà subie, y compris des renseignements sur toute détention provisoire, remise de peine ou autre acte concernant l'exécution de la condamnation;

(g) Une déclaration constatant le consentement au transférement tel que visé à l'article 3.1 d;

(h) Chaque fois qu'il y aura lieu, tout rapport médical ou social sur le condamné, toute information sur son traitement dans l'Etat de condamnation et toute recommandation pour la suite de son traitement dans l'Etat d'exécution.

4. Le condamné doit être informé par écrit de toute démarche entreprise par l'Etat de Condamnation ou l'Etat d'Exécution en application des paragraphes précédents, ainsi que de toute décision prise par l'un des deux Etats au sujet de la demande de transférement.

ARTICLE 5 – DEMANDES ET RéPONSES

1.Les demandes de transférement et les réponses doivent être formulées par écrit.

2.Ces demandes doivent être adressées par le Ministére responsable des prisons de l'Etat requérant au Ministére responsable des prisons de l'Etat requis. Les réponses doivent être communiquées par les mêmes voies.

3.L'Etat requis doit informer l'Etat requérant, dans les plus brefs délais, de sa décision d'accepter ou de refuser le transférement demandé.

ARTICLE 6 – PIÉCES à L'APPUI

1.L'Etat d'Exécution doit, sur demande de l'Etat de Condamnation, fournir à ce dernier –

(a) un document ou une déclaration indiquant que le condamné est ressortissant de cet Etat, est domicilié dans cet Etat ou a des liens étroits avec cet Etat;

(b) une copie des dispositions légales de l'Etat d'Exécution desquelles il résulte que les actes ou omissions qui ont donné lieu à la condamnation dans l'Etat de condamnation constituent une infraction pénale au regard du droit de l'Etat d'exécution ou en constitueraient une s'ils survenaient sur son territoire;

(c) une déclaration contenant les renseignements prévus à l'article 9.2.

2.L'Etat de Condamnation et l'Etat d'Exécution peuvent, l'un et l'autre, demander à recevoir l'un quelconque des documents ou déclarations visés à l'article 4.3 et au paragraphe 1 ci-dessus avant de faire une demande de transférement ou de prendre la décision d'accepter ou de refuser le transférement.

ARTICLE 7 – CONSENTEMENT ET VÉRIFICATION

1. L'Etat de Condamnation fera en sorte que la personne qui doit donner son consentement au transférement en vertu de l'article 3.1.d le fasse volontairement et en étant pleinement consciente des conséquences juridiques qui en découlent. La procédure à suivre à ce sujet sera régie par la loi de l'Etat de Condamnation.

2. L'Etat de Condamnation doit donner à l'Etat d'Exécution la possibilité de vérifier, par l'intermédiaire d'un Consul ou d'un autre fonctionnaire désigné en accord avec l'Etat d'Exécution, que le consentement a été donné dans les conditions prévues au paragraphe précédent.

ARTICLE 8 – CONSéQUENCES DU TRANSFÉREMENT POUR L'ETAT DE CONDAMNATION

1.La prise en charge du condamné par les autorités de l'Etat d'Exécution a pour effet de suspendre l'exécution de la condamnation dans l'Etat de Condamnation.

2. L'Etat de Condamnation ne peut plus exécuter la condamnation lorsque l'Etat d'Exécution considére l'exécution de la condamnation comme étant terminée.

ARTICLE 9 – CONSéQUENCES DU TRANSFÉREMENT POUR L'ETAT D'EXÉCUTION

1.Les autorités compétentes de l'Etat d'Exécution doivent –

(a) Soit poursuivre l'exécution de la condamnation immédiatement, ou

(b) Soit, lorsque la sanction infligée excéde le maximum prévu par la loi de l'Etat d'Exécution, convertir la condamnation, par une procédure judiciaire ou administrative, en une décision de cet Etat, substituant ainsi à la sanction infligée dans l'Etat de condamnation une sanction prévue par la législation de l'Etat d'exécution, pour la même infraction, dans les conditions énoncées à l'article 11.

2. L'exécution de la condamnation est régie par la loi de l'Etat d'Exécution et cet Etat est seul compétent pour prendre toutes les décisions appropriées.

ARTICLE 10 – POURSUITE DE L'EXÉCUTION

1. En cas de poursuite de l'exécution, l'Etat d'Exécution est lié par la nature juridique et la durée de la sanction telles qu'elles résultent de la condamnation.

2. Toutefois, si la durée de cette sanction excéde celle prévue par la législation de l'Etat d'Exécution, l'Etat d'Exécution peut, par décision judiciaire ou administrative, adapter cette sanction à la peine ou mesure prévue par sa propre loi pour des infractions de même nature. Cette peine ou mesure correspond, autant que possible, quant à sa nature, à celle infligée dans l'Etat de Condamnation. Elle ne peut aggraver par sa nature ou par sa durée la sanction prononcée dans l'Etat de Condamnation ni excéder le maximum prévu par la loi de l'Etat d'Exécution.

ARTICLE 11 – CONVERSION DE LA CONDAMNATION

1. En cas de conversion de la condamnation, la procédure prévue par la législation de l'Etat d'Exécution s'applique.

Lors de la conversion, l'autorité compétente –

(a) Sera liée par la constatation des faits dans la mesure où ceux-ci figurent explicitement ou implicitement dans le jugement prononcé dans l'Etat de Condamnation;

(b) Ne peut convertir une sanction privative de liberté en une sanction pécuniaire;

(c) Déduira intégralement la période de privation de liberté subie par le condamné; et,

(d) N'aggravera pas la situation pénale du condamné, et ne sera pas liée par la sanction minimale éventuellement prévue par la législation de l'Etat d'Exécution pour la ou les infractions connues.

2. Lorsque la procédure de conversion a lieu aprés le transférement de la personne condamnée, l'Etat d'Exécution gardera cette personne en détention ou prendra d'autres mesures afin d'assurer sa présence dans l'Etat d'Exécution, jusqu'à l'issue de cette procédure.

ARTICLE 12 – GRÂCE, AMNISTIE, COMMUTATION

Chaque partie peut accorder la grâce, l'a

This section of the article is only available for our subscribers. Please click here to subscribe to a subscription plan to view this part of the article.